Fais-tu ces 5 erreurs fatales pour ton activité de thérapeute / coach ?

280.000 professionnels du bien-être en France

Sans compter nos amis belges, suisses, luxembourgeois…

 

Comment sortir du lot ?

 

La première chose est de ne pas surtout pas faire les 5 erreurs fatales suivantes :

Pourquoi est-ce que l’on fait ces erreurs ?

Parce que l’on ne s’en rend pas compte tout simplement, ces erreurs se présentent souvent comme de bonnes idées.

d’autant que tout le monde fait pareil.

 

Mais ce sont de FAUSSES bonnes idées.

 

En voici 5 très répandues dans notre communauté :

 

Fausse bonne idée n°1 : Tout miser sur le Bouche-à-oreille :

 

La stratégie du bouche-à-oreille est très bonne.

Après tout, un client content recommande tes services à ses amis, c’est une super publicité gratuite

Sauf que ça ne marche pas

Et surtout pas quand on démarre.

 

Pourquoi ? Et bien parce que tu n’as pas assez de bouches tout simplement

Prenons un exemple : Sabine vient de s’installer en tant que thérapeute, elle a une vingtaine de clients par mois.

Sur 20 clients, seuls 2 vont la recommander à d’autres personnes (c’est comme ça, le taux de recommandation n’est pas très élevé et il est bien plus facile d’obtenir des avis négatifs partagés plutôt que des louanges)

Sur ces deux personnes, une seule va prendre contact avec elle (et encore, c’est très optimiste)

Au bout d’un an, sabine à donc 12 nouveaux clients si tout va bien.

 

Sa moyenne mensuelle passe de 20 à 21 ce qui ne change absolument rien

Cette stratégie est suicidaire si tu comptes uniquement sur elle.

 

Fausse bonne idée n°2 : Parler de ses techniques / méthodes…

 

Sabine,toujours elle, aime parler de son métier et de toutes les méthodes qu’elle utilise

Elle affiche fièrement son diplôme d’hypnothérapeute, ses attestations de stages en PNL ou enéagramme.

Elle met en avant ses connaissances sur la thérapie primale et à hâte de finir son cursus de Psychosynthèse

Tout ça est bien entendu mis en avant sur la page d’accueil de son site Internet

 

Et surtout, elle tente de démontrer que son approche est sérieuse et reconnue par des encarts comme celui-ci :

La psychosynthèse, dans son application à la psychothérapie, a été validée par l’EAP (European Association for Psychotherapy) en 1999, et le Centre Source-Ecole Française de Psychosynthèse a, depuis 2004, le statut de EAPTI (Institut de Formation de l’EAP) dispensant l’enseignement menant au CEP (Certificat Européen de Psychothérapie). Le Centre Source compte parmi les dix instituts français agréés comme EAPTI au sein de la FF2P (Fédération Française de Psychothérapie et Psychanalyse).

Ses contacts et clients ne comprennent absolument rien à son jargon de spécialiste

Pire encore, ça leur fait presque peur.

Si tu fais ça, tu fais fuir tes clients.

 

Fausse bonne idée N°3 : S’adresser à tout le monde

 

Sabine ne comprend pas le concept de profil cible ou clientèle idéale

Comment pourrais t-elle choisir un type de clientèle alors qu’elle a justement besoin de remplir son agenda ?

Et puis elle aime cette diversité.

 

Son approche est généraliste, elle aime travailler avec les enfants mais aussi les mamans et d’ailleurs les deux sont souvent liés

Elle a une clientèle plutôt féminine mais il y a aussi quelques hommes parfois. Et puis elle a le projet de travailler au sein des entreprises car elle constate qu’il y a un vrai besoin dans le monde du travail.

Sabine fait donc le choix de ne pas choisir, elle s’adresse à tout le monde et ne voit pas comment faire autrement.

Si tu fais comme elle, c’est l’échec assuré.

 

Fausse bonne idée N°4 : Offrir son temps 

 

Sabine se dit que si elle offre son temps (au début) , cela lui permettra d’avoir ses premiers clients

C’est normal, les gens veulent avoir un avant-gout de ce qu’elle peut leur apporter

 

Alors, elle n’hésite pas à faire deux choses :

  • Proposer des rendez-vous gratuits comme des offres découvertes
  • Allonger la durée des rendez-vous pour que les clients soient contents (elle facture 1h mais passe 1h30 voire plus)

Sabine est prête à ce sacrifice car elle démarre et elle se dit que c’est un passage obligé

Et puis, toutes ses amies thérapeutes font pareil, c’est que c’est sans doute une bonne solution.

 

Si tu fais comme elle, tu n’auras pas plus de clients (absolument aucun) car ce qui est gratuit n’a pas de valeur.

 

Fausse bonne idée N°5 : Se former avec le gratuit disponible 

 

Parfois, sabine se dit qu’elle pourrait quand même jeter un oeil sur les formations disponibles pour développer son activité

On lui parle de confiance en soi, de marketing, de site internet..Elle s’inscrit à des webinaires pour apprendre à faire de la pub sur Facebook ou gagner ses premiers 1000 clients en moins de 15 jours..

Elle prend beaucoup de notes sur ses petits cahiers

Mais elle se rend compte au final que sur une heure trente de webinaire, il n’y a que quelques minutes consacrées au sujet et elle n’a pas toutes les infos car bien sûr, il faut payer.

Si tu papillonnes de formation gratuite en pdf offert en passant par les webinaires à rallonge, tu perds ton temps.

 

Mais alors que faire ? 

 

Est-ce que tu te reconnais ?

As-tu d’autres fausses bonnes idées à suggérer ? (Indique-les en commentaires ci dessous)

Ce serait amusant de continuer le portrait de Sabine.

 

Ce qu’il faut faire, c’est l’exact inverse de ce que fait sabine et je t’en reparle demain.

 

 

 

Laissez votre commentaire.

9 Comments

  • Kenza

    Reply Reply 18 octobre 2016

    Aie, j’ai bien peur de faire toutes les erreurs que tu cites.
    C’est bien de nous prévenir mais j’aurai préféré que tu nous donnes les solutions.

    • L’inverse doit sans doute faire partie de la solution…

    • Jean Michel Guepey

      Reply Reply 18 octobre 2016

      Bonjour Kenza

      Je ne vais pas vous laisser avec ces 5 erreurs
      la suite de l’article, c’est pour demain

      On va remplacer ces 5 erreurs par 5 bonnes pratiques + l’élément indispensable selon moi et selon tous ceux qui réussissent dans leur activité.

  • Philippe Lecuyer

    Reply Reply 18 octobre 2016

    Il y a aussi cette incompréhension vis à vis du marketing. Souvent, les thérapeutes ne comprennent pas pourquoi il est important de présenter leurs services de manière attractive.

    Ou du moins, ils ne sont pas en accord avec ça.

  • véronique

    Reply Reply 18 octobre 2016

    Intéressant merci. Oui je fais quelques unes de ces erreurs. Je m’en rends compte. Et cherche une autre manière de vendre mon service . La différence est d’être en conscience pour que l’erreur se transforme en étape.
    Faire du sur mesure ou s’adresser aux personnes sous forme générale après tout ce qui compte c’est le résultat de la prestation non ?
    Je lirai la suite avec intérêt.
    Bonne journée .
    Véronique

  • Je me suis aperçue qu’il faut beaucoup de “concentration”, une fois les erreurs débusquées, pour ne pas les reproduire “automatiquement”. C’est développer de nouvelles habitudes. Merci pour cet article.

  • Éric Delfosse

    Reply Reply 18 octobre 2016

    Vivement demain, alors (en espérant que je recevrai – en laissant mon adresse quelque part – un mail pour revenir ici demain matin)…

  • Isabelle

    Reply Reply 19 octobre 2016

    Coucou,
    Youpi, on est déjà demain… Hâte que la suite soit publiée ;o)

  • Intentionné

    Reply Reply 20 octobre 2016

    Très sympa comme article mais pauvre Sabine, j’espère que tu va l’aider à s’en sortir.
    J’ai hâte de lire la suite …

Leave A Response

* Denotes Required Field