Le mythe du profil cible, c’est dépassé. Place à la nouvelle méthode !

 

Le profil client, le profil cible, le buyer persona, tu connais ?

Le fameux client âme-soeur…

La clientèle idéale, le client chouchou, l’avatar client..

 

Tu as sans doute lu et entendu partout que pour réussir, il ne fallait surtout pas tenter de t’adresser à tout le monde mais au contraire te construire une clientèle idéale.

 

Je viens de voir un article ce matin sur ce sujet :

“Lorsque l’on souhaite commercialiser un produit ou un service, la plus grosse erreur que l’on peut faire, c’est de dire que notre offre s’adresse à tout le monde. Cela revient à tirer sans viser.”

 

Tirer sans viser ! Comme si nous partions en safari avec pour but de tirer sur les clients.

 

J’ai participé à ce mythe mais je te propose maintenant de l’abandonner.

 

Pourquoi ?

Et bien, parce que je me suis rendu compte en coachant mes clients que ça pose de sérieux problèmes :

 

  •    _ C’est frustrant et réducteur
  •    _ Le principe est souvent mal compris et mal appliqué
  •    _ On se sent “enfermé” dans nos choix
  •    _ Dans la réalité, la clientèle est bien souvent très variée
  •    _ Les pros du bien-être n’aiment pas se cantonner à un type de client ou à une problématique
  •    _ On a besoin de tous les clients (surtout quand on démarre)

 

Mais attention, si le système est un peu vieillot, il n’en reste pas moins juste et pertinent

Tu ne peux pas faire l’impasse sur une certaine forme de ciblage.

 

Alors, tu vas me dire que je suis bizarre comme coach

D’un côté, je te dis d’abandonner le ciblage de tes clients

De l’autre, je te dis de ne pas le faire.

 

L’idée, c’est de cibler AUTREMENT

 

Bien plus facilement

De manière ludique

Et surtout en partant de TOI (ce qui est absolument contraire à toutes les règles en vigueur)

 

Il y a une nouvelle méthode et je vais t’en dire + mardi.

 

En attendant, est-ce que tu veux bien me dire ton ressenti par rapport au profil cible ?

Tu y arrives ?

C’est compliqué ?

Ca t’agace ?

Où est-ce que tu en es par rapport à ça ?

 

 

A mardi, prends soin de toi et ton activité

 

 

Laissez votre commentaire.

3 Comments

  • Mouloud

    Reply Reply 6 mars 2017

    j’ai tellement ciblé ma clientèle que maintenant je ne sais plus a quoi elle ressemble j’ai vraiment l’impression que je n’en ai plus je suis devenu un zombie ou c’est elle qui l’est. Où est le temps ou mon disque dur clients était vierge et moi travaillant en paix avec des personnes amies sans se poser de questions sur le lendemain merci a toi pour cette baffe révélatrice!

  • Bonjour Jean-Michel ! je n’ai pas eu de souci à définir ma “cible client” qui me ressemble en fait comme 2 gouttes d’eau ! mais bon pour l’instant je n’ai encore rien mis en vente alors ..

  • Merci Jean Michel,de parler de cette chose délicate de la “cible”. J’apporte ma petite pierre à la construction, puisque tu le permets.

    En ce moment, je travaille avec quelques clients en présentiel au sujet d’un mythe très important. Il s’agit “d’Eros et Psyché”. Eros est aussi Cupidon chez les romains. Et Eros/Cupidon est le fils de Mars et Vénus, autrement dit du Dieu de la Guerre et de la Déesse de l’Amour. Ses attributs sont le carquois ( féminin) et l’arc ( masculin), mais également le flambeau ( le feu du désir)
    Alors quand Eros vise quelqu’un en plein coeur, c’est pour que le feu du désir les réunisse . Vu ainsi le terme de cible est plus équilibré, non ?
    Et c’est bien pour cela qu’on voit aussi les mots client/âme-soeur, ou communauté etc
    Et je crois Jean Michel que tu veux nous emmener sur une piste justement plus “amoureuse”, plus harmonieuse, plus équilibrée.

    Dans tous les domaines aujourd’hi,n’est-il pas temps de toutes façons d’intégrer masculin et féminin ? Bon je sais que vous connaissez tous la réponse.
    Ce qui me déplaisait beaucoup ces derniers temps et je dois le dire m’empêchait sérieusement d’avancer, c’est que le féminin dans le marketing apparaissait et apparait toujours sous forme hypnotique. On l’endort et hop le tour est joué. Pendant ce temps, je te V(I)OLE au nom d’une bonne conscience que je me fabrique en regardant mon compte en banque grossir.
    On sait bien que l’enfer est pavée de “bonnes intentions”.

    Je vais peut être, à certains, sembler excessive ; c’est surtout que je ne veux plus me laisser endormir ( parce que je me suis fourrée dans le piège comme tout le monde bien sûr). Donc, j’ai payé pour apprendre.

    Quelque chose en moi a commencé à refuser ces méthodes de manipulation et à l’assimiler à ce vieux paradigme économique destructeur et esclavagiste dont il faut sortir absolument;
    mon malaise était diffus, je ne savais pas toujours expliquer la raison exacte ( à force d’être endormie, hypnotisée)…et puis quand tout le monde dit que c’est ainsi que ça se fait, on a bonne mine de croire le contraire, on se sent exclue!

    Enfin pour finir, je suis persuadée que quand on n’endort pas le client au départ, qu’on le met face à ses responsabilités,ses choix, qu’on ne le fait pas “tomber amoureux” mais s’élever en amour, on a davantage de chance d’avoir un client qui “réussit” et certainement qu’il réussira encore mieux ou autrement que ce qu’on lui a promis.

    Eveillé, il vivra des miracles…car il s’agit aujourd’hui de s’éveiller et non de continuer à dormir
    Elisandre la fée du (saint) Désir

Leave A Response

* Denotes Required Field